May 2017
S M T W T F S
« May    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Axes prioritaires

Les axes prioritaires adoptés lors de l’assemblée générale annuelle du 8 novembre 2014 sont:

Luttes

Dans un contexte où nous avons deux paliers de gouvernements majoritaires qui prônent l’économique au détriment de l’humain, de l’environnement et du social ; qui n’ont aucune préoccupation pour le bien commun ; qui sabrent allégrement dans les programmes et services ; qui cachent leurs réels intentions et portent un discours d’austérité pour un désengagement accéléré de l’état ; qui veulent passer du public au profit du privé ; qui responsabilisent davantage les individus et stigmatisent les plus démuniEs, il nous apparaît important de mener une lutte acharnée pour contrer le mensonge de l’austérité. Ce sera une année difficile, car les batailles se feront sur tous les fronts, mais il est important d’avoir l’unité de tous les milieux (milieu syndical, étudiant, communautaire et populaire, femme, public et para-public, etc.). Il faudra aussi mobiliser LARGEMENT et MASSIVEMENT la population (et nos membres !!!). Seul le poids du nombre et la constance des actions pourront avoir une incidence et nous permettre de faire reculer les gouvernements.

De plus, les intentions du gouvernement de Monsieur Couillard concernant le financement du milieu communautaire ne laissent rien présager de bon et nous inquiètent énormément. La problématique du rehaussement de notre financement, à la hauteur de nos besoins, doit se régler au niveau de notre principal bailleur de fonds et non en recherche de nouveaux bailleurs ou d’activité d’autofinancement. Notre lutte régionale de 3 ans (comité élargi de reconnaissance et de financement) aura peut-être contribué à ce que le MÉPACQ et le RODCD se réapproprient davantage ce dossier. Une rencontre nationale aura lieu cet automne et nous espérons que les suivis seront efficaces et mobilisateurs. Notre mission, notre autonomie et notre survie sont en jeu…

 

Travail migrant

La migration économique est en constance progression. Que ce soit par le biais du programme des travailleurs agricoles saisonniers, des aides familiales, des travailleurs étrangers temporaires peu spécialisés ou spécialisés qui se retrouvent dans de nouveaux secteurs, leur nombre augmente sans cesse. Depuis 2010, le pays a reçu plus de travailleuses et travailleurs temporaires que de personnes immigrantes permanentes.

 

Récemment, le gouvernement canadien a réformé le programme des travailleurs étrangers temporaires peu spécialisés. Quant à lui, le gouvernement libéral du Québec a déposé le projet de loi no 8 qui viendra retirer le droit d’association pour les travailleurs agricoles, après que la Cour supérieure ait rendu un jugement en mars 2013 qui ouvrait la porte à la syndicalisation. Un recul qui nous interpelle, car le parti québécois avait décidé de ne pas porter en appel la décision du tribunal.

La question du travail migrant est toujours d’actualité. Depuis plusieurs années les conditions d’emploi et de vie de ces personnes sont décriées et nous devons agir. Nous en sommes maintenant à une étape plus revendicatrice et politique. Le comité En Action de notre organisme ira dans ce sens et sera un allié du comité travail migrant du FDNS.

 

Le harcèlement psychologique

La recherche de Monsieur Angelo Soares devrait nous donner des arguments pour notre lobbying politique.  De plus, il serait intéressant que les résultats de cette recherche soient connus et ce, hors du grand Montréal…

 

Plusieurs irritants demeurent plus de 10 ans après l’adoption des articles de loi pour contrer le harcèlement psychologique au travail (procédure, délai, indemnité, partialité, législation). Le comité HP du FDNS souhaiterait travailler sur la définition du harcèlement psychologique, les différents lieux pour déposer une plainte (à la CNT, CSST, CDPDJ, au civil, au criminel) et interpeller le milieu institutionnel et politique.

 

Autres dossiers

La question du salaire minimum sera au cœur des discussions au FDNS. Nous voulons revoir notre revendication pour la rendre plus conforme à la réalité des heures travaillées (taux horaire pour une semaine de 40 heures ou de 35 heures). Il nous faudrait aussi actualiser notre argumentaire. La nouvelle revendication canadienne et américaine du 15,00 $ est aussi intéressante et il faudrait se pencher sur cette revendication.

 

La Marche mondiale de l’an 2015 est à nos portes et nous avons été présents sur des comités en 1995, 2000 et 2005. Il serait important de participer au travail préparatoire à cette vaste mobilisation.

 

La conciliation travail famille étude peut parfois causer des maux de tête lorsque vient le temps de l’appliquer dans la réalité. Malgré que la LNT ait adopté des articles de loi permettant de s’absenter 10 jours par année pour responsabilités familiales, nous constatons que dans la pratique les personnes ne peuvent s’en prévaloir, car ces congés ne sont pas rémunérés.

Pourtant cela est un élément incontournable pour faciliter le fait d’être parent ou d’avoir des obligations familiales avec le fait d’être au travail et/ou aux études. Une vaste coalition travaillera en ce sens, cette année pour pousser pour l’adoption d’une loi cadre.

 

De plus, il faudra être vigilant concernant les emplois subventionnés et les programmes d’employabilité, car de nouvelles coupures sont à prévoir et ces programmes ne sont pas suivis ni de contraintes et des abus en tous genres nous ont rapportés.

 

En lien avec les axes prioritaires et dossiers importants, le CA suggère que nous participerons au lieu de représentation suivant :

  • Comité PSSP de SPE
  • Comité 1er mai de SPE ou comité ÉPA de la TROVEPE (selon la conjoncture)
  • Comité Marche mondiale des femmes 2015 de CAFE
  • Caucus régional élargi pour la DCD
  • Comité harcèlement psychologique du FDNS

 

«L’éducation populaire autonome est l’ensemble des démarches d’apprentissage et de réflexion critique par lesquelles des citoyennes et des citoyens mènent collectivement des actions qui amènent une prise de conscience individuelle et collective au sujet de leurs conditions de vie ou de travail, et qui visent à court, moyen ou long terme, une transformation sociale, économique, culturelle et politique de leur milieu.» (1978)